Comparaisons négatives, stop au massacre !

Comparaisons négatives, stop au massacre !

Se comparer est avant tout naturel

Bon nombre de personnes passent un temps fou à se comparer, se jauger. L’exercice est naturel et l’individu se construit grâce à la comparaison. Dès la plus tendre enfance, les parents comparent leurs enfants : « A quel âge ton enfant à commencer à marcher ? Le mien à 9 mois et marche déjà ! » «  Mon premier savait lire avant le CP, alors que mon deuxième à mis beaucoup plus longtemps ! »

Un peu plus tard, nous avons tous eu le fameux : « Oui 15/20 c’est bien, mais combien ont eu les autres de ta classe? »

Toute notre vie, nous nous comparerons et nous seront comparé. La comparaison est un des processus permettant l’évaluation de soi, qui permet de nous situer par rapport aux autres. Le problème, c’est que de nombreuses études ont montrés un lien entre comparaison et bien-être personnel, ainsi qu’estime de soi. Les comparaisons négatives affectent le bien-être et dégrade l’estime de soi. Elles peuvent devenir un véritable poison et nous tiré vers le bas car avec les comparaisons négatives, nous comparons souvent nos points faibles avec les points forts des autres. C’est perdu d’avance !

Le phénomène paraît s’amplifier encore plus de nos jours avec l’omniprésence des réseaux sociaux, des images retouchées et des médias. Sur internet, les gens sont parfaits, sont beaux et surtout ils n’échouent jamais ou encore n’ont pas besoin de sacrifices pour tous ça. Voilà la face visible des réseaux sociaux, des points forts partout, aucune faiblesse. Nous avons également la fameuse connaissance qui peut manger tout ce qu’elle veux sans prendre un gramme, ou alors qui prends plus de muscle que vous, et qui pourtant paraît ne pas faire d’effort. Oui, ça arrive et oui ce n’est pas toujours juste. Il faut comprendre que l’humain est machine infiniment complexe et que pour perdre du poids, gagner du muscle ou devenir plus performant, des milliers de variables entre en compte.

Points forts / Points faibles : les connaître avant tout !

Parmi ces variables, une grande majorité sont d’ordres génétiques. Personne n’a exactement la même capacité à développer des muscles, personnes ne prends du gras de manière identique. Vous ne pouvez pas tout changer et parfois il faudra accepter de devoir fournir plus d’efforts que votre voisin pour accéder à un résultat identique. Cela peut paraître fataliste, ça l’est. Il est pourtant certain que de votre côté, vous ayez des facilités que d’autres n’ont pas, qu’elle soit sportive, intellectuelle, sociale etc… Dans la sphère sportive, il est important de connaître ses points forts et ses points faibles. Les points que vous pouvez changer, et ceux que vous ne pouvez pas. De cette façon :

1 : Vous ne gaspillez pas votre temps à tenter de changer des choses qui ne changeront pas

2: Vous ne vous démoraliser pas à vous comparez seulement sur vos faiblesses

3: vous prenez conscience de vos forces

Un exemple concret de la dure loi de la génétique en sport est la taille des mollets : Pourquoi certaines personnes ont des mollets énormes sans jamais les travailler et d’autre ont les mollets si fins ?

Une partie de la réponse se trouve dans votre anatomie ! En effet, un calcanéum long, l’os du talon, permet au tendon d’Achille de transférer beaucoup plus de force qu’un court. Avec un calcanéum court, c’est comme si vous essayer d’ouvrir une porte avec la poignée proche du gond. Il faut beaucoup plus de force qu’avec une poignée éloigné du gond car la force est transmise peu efficacement. Pour votre mollet, avec un calcanéum court, c’est lui qui est charger de « compenser » cette transmission de force peu efficace. Pour cela, il est alors beaucoup plus gros et contient plus de fibres musculaires par nécessité de compensation !

Avec un calcanéum long, pas besoin de développer de gros mollet, car le tendon d’Achille transmet déjà très bien le peu de force qu’un mollet fin lui transmet. Comprendre cela, c’est avant tout savoir qu’il n’est alors pas possible de se comparer à des gens ayant une génétique différente. Dans cet exemple, une personne avec des mollets fins peu, avec beaucoup de travail, faire grossir ses mollets mais n’aura jamais le potentiel de développement de celui qui à naturellement des mollets développés. Le corps humain regorge de particularité de ce genre, anatomique, physiologique et bien d’autre encore. C’est d’ailleurs pour cela qu’il y parfois des gens nés pour être champion. Ils ont, en plus de leurs travail acharné, une génétique très favorable à la performance dans leurs discipline respective.

Attention, cela ne veut pas dire qu’il est vain de travailler sur ses points faibles. Cela veut plutôt dire que si vous travailler un points faible, vous devez accepter que le rapports effort / gain ne sera pas forcément celui que vous attendiez. Soyez alors d’autant plus clément avec vous-même, et fier des changements même les plus singuliers !

Une comparaison utile : celle avec soi-même

Pour être juste et ne pas s’empoisonner la vie, une des meilleure comparaison est celle avec soi-même :

En effet, il n’y a que vous qui ayez une génétique identique avec vous-même. Mais attention encore, car la fabuleuses propension de l’être humain à se dévaluer est encore valable ici. Se comparé à soi-même, c’est comparé celui que j’étais dans le passé avec celui que je suis actuellement. Soyez objectif, ne tombez pas dans le «  Je compare mes réussites d’hier avec mes échecs d’aujourd’hui ». Vos réussites d’hier si vous avez régressé dans un domaine peuvent vous servir d’objectifs, de moteurs. Vous l’avez fait hier ? Alors vous avez les ressources pour le refaire et dépasser ce stade !

Partez de votre situation actuelle, à partir de maintenant, concentrez-vous sur ce qui s’est amélioré, chaque jour, petit à petit. Vous pourrez apprécié fidèlement les progrès que vous faites ! Être meilleur qu’hier, peut importe la vitesse, ce n’est finalement que cela qui compte vraiment !

Pour être objectif avec vos progrès, il est important en sport de tenir un cahier de vos séances, vos résultats, vos commentaires. Noter vos performance, de cette façon vous serez à même de juger, quelques mois plus tard, votre progression objectivement !

Laisser un commentaire